L'œuvre complet de Philippe Smit
par Andreas Narzt et Florence Castellani
Imprimer cette page
recherche simple:
 [?]
 [?]
 [?]
 [?]

Notice de catalogue

Photo: Christopher Burke Studios, NY; © FdDPS
Photo: Christopher Burke Studios, NY; FdDPS
Cadre d'origine dessiné et peint par l'artiste.

Œuvre(s) liée(s)

Mots-clefs

Explorer les notices du catalogue

Catégorie: Pastel »
Thème: figuratif »
Technique: Pastel »
Support: sur carton »
Année(s): 1921 »
PS 227 (P 211; LNC 205)
Chant printanier (Spring Song)
Autres titres: Ange avec deux enfants; Heilige; Saint; Sainte
1921
Pastel sur carton
80 x 69,5 cm (31 1/2 x 27 3/8 in.) (la vue)
Dédié et signé en bas à droite: a ma Chère petite Loty/ je dédie ce petit chant/ printanier/ Philippe [sic]
Inventaires
Inv. T. P., Ptgs etc. at Bryn Athyn, n.d. [c. 1940], Glencairn archives: no. [25] [P 211], p. [1], Woman in Garden with Two Children, 28 x 32 1/2 [in.].
Inv. Pitcairn, n.d. [c.1957], n.p., LNC archives: no. P 211, Rev. Theodore Pitcairn, Angel with open book and two children under tree in bloom, Smit, Pastel, 31 1/2 x 27 1/4 [in.].
Inv. LNC, 1984, updated Oct. 1998, LNC archives: no. P 211, p. 3, The Main Residence - Large Living Room, Angel with Open Book & two children under tree in bloom, Pastel, 37 1/2 x 27 1/4 [in.].
Expositions
Kunstzaal Fetter, Amsterdam, Netherlands, [unknown title], novembre 1921, comme Saint, (voir Niehaus 1921).
Bibliographie et sources primaires
Niehaus, Kasper. "PHILIPPE SMIT: Kunstzaal Fetter." De Telegraaf (Amsterdam), 30-11-1921, p. 9, comme Saint.
Philippe Smit. LAS à René Massé. Recloses, n.d. [10 juin 1922].
Niehaus, Kasper. "Philippe Smit." Het Getij. Maandschrift voor kunst en letteren VII (1922), p. 82 & 84, ill. in b/w p. 81, comme Saint.
Niehaus, Kasper. "Schilderkunst, Philippe Smit." Maandblad voor beeldende kunsten Eerste Jaargang, n°11 (11/1924), p. 323, comme Heilige.
Niehaus, Kasper. "Te weinig geëerd shilder: De beteekenis van Philippe Smit." De Telegraaf (Amsterdam), 27-01-1933, p. 7, comme Sainte.
Niehaus, Kasper. "Philippe Smit." Elsevier's Geïllustreerd Maandschrift Jaargang 47, n° 93 (1937 januari-juli), p. 232, comme Saint.
Niehaus, Kasper. Levende Nederlandsche Kunst. Amsterdam: Bigot & Van Rossum, 1942, p. 202–206, p. 204, comme Saint.
Niehaus, Kasper. Philippe Smit, unkown genius. Revised and edited by Marjorie Bell. Tapuscrit, 1955, p. 29, comme Ange avec deux enfants.
Notice

"[…] Malgré ma Maladie de cette hiver/ j’ai beaucoup travailler. Mais la vie de/ Paris me fatigue beaucoup. Ma santé/ n’ai [est] pas encore ce que j’était auparavant/ enfin pourvu que je peut rendre mes rêves/ et de temps a autres aller vers cette divines forêts quelles beauté! […] ici il y a eu de grand changement. nous/ avee [avons] transformé la grand[e] pièce/ pour avoir plus de place pour les tableaus. […] ci-joint un portrait de Maryke [piece jointe perdue] de ce/ tableaux qui est parti en Amerique/ et puis aussi le concert d’Ange/ avec les cignes. aussi parti en Amerique […] Sainte/ Châle avec colerette rose un peu mauve/ jupe bleu pâle. le paysage sombre/ et quand même très sonores, les ailes/ de l’ange gris violasses le parterre vert/ fin un peu gris. pommier blanc avec/ colombe, et Cignes blanc pâle [...]" [sic] (Philippe Smit 1922)

Ce pastel est avec le portrait de Marijke [PS 229] la première acquisition de Theodore Pitcairn en 1921 lors de son voyage en Europe.1 Ernst Pfeiffer en est l’intermédiaire.
Le but du voyage en Europe est entre autres la recherche par les frères Pitcairn d’un artiste qui pourra faire les portraits des ecclésiastiques et membres de leur église et capable d’expressions mystiques.2
Fin 1921 Ernst Pfeiffer se charge de l’envoi des pastels à Raymond Pitcairn.3 Dans la lettre adressée à son frère, Theodore, qui séjourne depuis de longs mois en Afrique du Sud, Raymond écrit son opinion critique, sur le pastel: "Quant à l’autre tableau de Smit, je confesse que lorsqu’il est arrivé je ne m’en suis pas préoccupé bien que la vitre était très sale. Quand je l’ai eu à la maison la vitre nettoyée, je le regardais d’un peu loin, il m’a semblé mieux et j’ai essayé de garder une attitude positive. Je confesse qu’il ne m’a pas intéressé. Il y a, j’admets, une expression surprenante dans la figure de l’ange qui exerce une sorte de fascination et certainement le fait qu’il soit très sentimental ne devrait pas être préjudiciable à son statut de peinture. Pour moi, cependant cela n’est pas un bon tableau."4


1. "[…] In Holland I bought/ two paintings or rather/ pastels from a friend/ of Mr. Pfeifer [sic] Philip[pe]/ Smit. I feel certain/ he is the greatest/ living artiste quite/ a young man. I/ wish he could come/ to B. A. [Bryn Athyn] and paint/ the Elder Bishop [PS 246]./ I met him and liked/ him very much. […]" (En Holland j’ai acheté deux tableaux ou plutôt des pastels d’un ami de Monsieur Pfeiffer, Philippe Smit. je suis sûr qu’il est le plus grand artiste vivant, un assez jeune homme. J’aimerais qu’il vienne à Bryn Athyn peindre le vieil évêque [PS 246]. Je l’ai rencontré et l’aimais beaucoup.) (Theodore Pitcairn, LAS à son frère, Raymond, 6 août [1921], archives Glencairn).
2. Voir [PS 246], [PS 244] et Chronologie 1921.
3. "I am writing you in the name/ of my friend Mr. Philippe Smit, the/ artist from whom, as you probably know,/ Theodore has bought two pastels. […]" (Je vous écris de la part de mon ami Monsieur Philippe Smit, l’artiste, vous devez savoir, auquel Theodore a acheté deux pastels.) (Ernst Pfeiffer, LAS à Raymond Pitcairn, Scheveningen, 27 novembre 1921, archives Glencairn).
4. "[…] As Smit’s other picture, I confess that when it arrived I/ did not care for it, although the glass was pretty well smeared over with/ paste. When I got it home and the glass was cleaned up an I looked at it/ from a little distance it looked better and I endeavoured to maintain an/ affirmative attitude toward it. I confess that I do not care much for it./ There is, I admit, an expression of wonder in the angel’s face which has/ a kind of fascination, and certainly the fact that it is intensely senti-/ mental should not prejudice its standing as a painting. To me, however,/ it does not seem to be a wonderful painting. […]" (Raymond Pitcairn, LTS à son frère Theodore, Bryn Athyn, 5 avril 1922, archives Glencairn).

Dernière mise à jour de la notice le 20 avril 2017. Veuillez noter que ces informations ainsi que toutes les pages (de ce catalogue) sont revues et sujettes à des mises à jour régulières.
Citation: Narzt, Andreas et Castellani, Florence. "Chant printanier (Spring Song), 1921 (PS 227)." L'œuvre complet de Philippe Smit. http://www.philippesmit.com/cr/catalogue/entry.php?id=227 (consulté le 18 avril 2024).